Masthead header

 

Hérisson des éponges, Paramphitoe hystrix, Hedgehog Amphipod

Je vous présente le deuxième sujet de mon exploration en super macro photographie, le hérisson des éponges (Paramphitoe hystrix). J’avais l’habitude de les observer sur les grosses éponges verruqueuses. Toutefois, après un long moment d’observation sans en apercevoir, je me suis mis à la recherche des corbeilles de vénus. Ces éponges sont beaucoup plus petites et à l’instar de leur nom, elles sont souvent en forme de vase.

Comme les puces d’anémones (espèces à identifier), le hérisson des éponges est très petit, environ 1,5 cm. Toutefois, il ne fuit pas la lumière comme les puces d’anémones et il se déplace lentement, rendant ma tâche plus facile. Étant lui aussi très pâle, j’ai dû également faire attention à ne pas surexposer le sujet.

2012/08/18

Je suis en ce moment aux Escoumins pour une séquence d’une vingtaine de plongées. Avant mon départ, un ami plongeur me questionna sur ma motivation à retourner sans cesse aux Escoumins. Je lui ai avoué que parfois j’avais l’impression d’avoir fait le tour du jardin, mais que cette fois-ci tout allait être nouveau, car j’allais explorer une nouvelle avenue de la photo sous-marine, soit la super macro photographie.

La recette est fort simple, j’équipe d’abord mon boîtier d’un objectif macro et je l’insère dans un caisson étanche. Rien de nouveau jusqu’à maintenant. La partie nouvelle est d’augmenter le rapport de reproduction grâce à l’ajout d’une bonnette d’approche spécialement conçue pour la photo sous-marine.

Pour mes premiers essais, j’ai utilisé mon fidèle Nikon D2x et mon caisson Aquatica auquel j’ai ajouté une bonnette de +5. Cela donne un rapport de reproduction avec ma 105 mm micro de 1.5 : 1.

Les photographes terrestres qui utilisent ce type d’équipement vous diront que l’utilisation d’un trépied est essentielle, car la zone de netteté n’est que de quelques millimètres. Nul besoin de vous dire que ce n’est pas très approprié sous l’eau.

Voici donc l’une des rares photos réussies lors de ma première plongée. Il s’agit d’un petit arthropode que l’on peut souvent observer sur les tentacules des anémones rouges du nord. Il ne mesure moins d’un centimètre.

2012/08/17

Plonger l

Plonger le Comet près de Kingston, c’est visiter une épave d’une autre époque. Ses immenses roues à aubes frappent facilement l’imaginaire du plongeur et en un instant, il se laisse prendre à remonter le temps. Il est facile pour lui d’imaginer les passagers sur le pont écoutant les flocs des deux roues à aubes servant à propulser le navire.

En apprendre plus sur le Comet

Visiter la galerie photo

2012/07/18

Le frai de l

Le frai, la période de reproduction chez les poissons, se déroule souvent à la fin du printemps. C’est le cas de l’achigan à petite bouche. Sur cette photo, les points noirs ne sont pas des débris flottants dans la colonne d’eau. Ce sont de petits achigans en devenir dont l’éclosion est récente. Le frai est une période cruciale pour la survie des poissons. Chez la plupart des espèces, c’est le mâle qui prépare le nid. Les femelles séduites, car il peut y en avoir plus d’une, déposent leurs oeufs dans le nid que le mâle s’empresse de féconder. La femelle quitte ensuite le nid et c’est le mâle qui assurera la protection des oeufs ainsi que des alevins qui émergeront.

Quant à nous, plongeurs, il est important de ne pas ajouter indûment de stress aux mâles qui en ont plein les nageoires à maintenir et protéger le nid. En plus de ventiler les oeufs, ils doivent à chaque instant repousser les prédateurs, soit les autres espèces de poissons, dont le seul objectif est de se délecter des oeufs déposés dans le nid.

S’il vous arrive, comme ce fut souvent le cas pour moi, de tomber par hasard sur un nid, prenez un peu de recul et immobilisez-vous. En quelques secondes, le mâle ignorera votre présence et vous le verrez repousser une pléiade de prédateurs, dont le gobie à tache noire. Cette espèce introduite est une peste. J’ai récemment observé un crapet de roche sur son nid repousser sans relâche plus d’une vingtaine de gobies. Cette espèce introduite par les eaux de ballast des navires en provenance d’Europe a rendu la période du frai un enfer pour nos espèces de poisson indigènes. De grâce, observez-les avec respect.

2012/06/28

L

Mon dernier séjour de plongée sur les épaves de Kingston remontait à plus de 25 ans. C’est donc avec un grand plaisir que j’ai plongé à nouveau les épaves de la région lors du week-end dernier. J’aimerais remercier Jo-Ann et Gaétan de Scubamax (via Nepteau) pour leur accueil et leur professionnalisme. Jo-Ann, que l’on peut voir ici en plongée sur le Comet, nous a accompagnés sur les six épaves que nous avons explorées.

2012/06/26

 

Lockheed L-18 au parc marin du lac St-François

Deux plongées aujourd’hui au Parc marin du Lac Saint-François avec le club de plongée H2O. Je n’avais pas visité le site de St-Anicet et ses épaves depuis 2006. J’avais donc hâte de le plonger à nouveau. Le point culminant de notre visite était évidemment le Lockheed L-18. La visibilité de la première plongée était plutôt ordinaire, mais elle s’est améliorée un peu pour la deuxième. J’ai donc pu y faire quelques images dont celle-ci, avec Michel Cloutier.

2012/06/17

 

Whitetip reef shark, Requin à pointes blanches, Triaenodon obesus

Le 8 juin, Journée mondiale des océans, est l’occasion de se rappeler le rôle vital que jouent les océans. J’aimerais vous offrir, pour souligner cet événement, cette photo de requin à pointe blanche photographiée dans l’archipel des Galapagos. Il reste moins de 10 % de ces magnifiques animaux dans nos océans, mais la pêche sans merci pour leurs ailerons continue de plus belle…

2o12/06/05

Crapet de roche à Ivy-Lea

Le week-end dernier à Ivy-Lea, j’en ai profité pour tester mon nouvel objectif macro. Il s’agit de l’objectif AF-S VR Micro-Nikkor 105mm f/2.8G IF-ED de Nikon. Il y avait longtemps que j’envisageais de l’acquérir afin de pouvoir faire plus facilement de gros plans de poissons et d’autres petits invertébrés marins. Je l’ai testé en autofocus, mais souvent j’aurais aimé être en focus manuel. Je n’ai pas jugé bon d’apporter ma lampe de focus, car mes flashs Ikelite en possèdent. Toutefois, cela a été une erreur, car trop souvent l’autofocus n’arrivait pas à se faire.

Du coup, je me suis également équipé de bonnettes de grossissement vendu par Aquatica. Combiné à la 105mm, je vais explorer l’univers de l’ultra macro. Je me réserve d’ailleurs plusieurs plongées d’ultramacro photographie pendant mes deux semaines de plongées aux Escoumins cet été. Il y a tellement de petits animaux fascinants à photographier. J’ai bien hâte.

2012/05/24

 

Un lépisotée osseux à Ivy-Lea

Voici le lépisostée osseux. Ceux qui me connaissent save que je le cherche depuis de nombreuses années. La ligne latérale foncée indique qu’il s’agit d’un juvénile. Adulte, cette ligne disparait et est remplacée par des cercles foncés. Des plongeurs en ont aperçu récemment. Je devrais donc retourner à Ivy-Lea et poursuivre ma chasse.

2012/05/20