Anémone marbrée, Stomphia coccinea, Red Stomphia Anemone

Décembre est déjà bien entamé et la température de l’eau dans le Saint-Laurent a baissé drastiquement. L’eau a aussi beaucoup perdu de son aspect verdâtre et pour ceux bien équipé et pas frileux, c’est le temps de profiter de visibilité parfois incroyable. Quant à moi, je pense bien aller mouiller mes palmes du côté des Escoumins et me remplir la tête d’images des nombreuses espèces colorées de l’Estuaire du Saint-Laurent telle l’anémone marbrée. Je vous propose de jeter un coup d’oeil à la fiche de cette magnifique espèce ainsi qu’à visionner la galerie photo que j’ai préparé pour vous.

13/12/08

Plongée au Lock 23

 

En ce dimanche pluvieux d’automne, je me suis offert le plaisir d’une plongée au Lock 23. Étant près de la rive et à proximité d’une descente de bateau, ce site n’est pas recommandé pendant la saison estivale. Toutefois, tôt au printemps et tard à l’automne, alors que les bateaux sont remisés et que la visibilité est souvent excellente, le site du Lock 23 est une destination idéale pour une plongée. Voici une des images qui paraîtra bientôt dans un article et une galerie photo sur le Lock 23. Bon, y paraît qu’on y voit un escargot dans cette image.

2013/11/19

Comme annoncé, voici le court article sur le Lock 23 ainsi que la galerie de 12 images prise sur l’épave. Les images ont été prises lors de 6 plongées étalées sur trois saisons, effectuées tôt au printemps ou tard à l’automne.

2013/11/27

Malachigan, Aplodinotus grunniens, Freshwater Drum

 

Vous est-il déjà arrivé d’entendre un bruit de tambour lors d’une plongée dans les eaux douces du Saint-Laurent ? Si oui, vous étiez en présence d’un malachigan. Ce bruit serait produit par les mâles en période de reproduction afin d’attirer les femelles. Pour en connaître davantage sur le malachigan, je vous invite à lire sa fiche et à visionner la galerie photo.

2013/11/09

Corail mou, Gersemia rubiformis, Red Soft Coral

 

Du corail dans le Saint-Laurent. Eh oui, vous avez bien lu le mot corail. Mais contrairement à celui des récifs coralliens des mers chaudes, celui retrouvé dans le Saint-Laurent ne produit pas de squelette calcaire. Ouvert, il a l’allure d’un brocoli rougeâtre. D’ailleurs, sont nom en anglais est <<Red soft coral>>. Les plongeurs qui visitent les sites de la Côte-Nord, comme celui des Escoumins, peuvent facilement l’observer. En Gaspésie, de l’autre côté du fleuve, sa couleur se rapproche de l’orangé et du jaune. Pour en connaître davantage sur le corail mou, je vous invite à lire sa fiche et à visionner la galerie photo .

2013/11/03

Béroé, Beroe cucumis, Beroe’s Comb Jelly

Les béroés voguent au gré des courants chassant leurs proies, d’autres cténophores, généralement Bolinopsis infundibulum. Pour les apercevoir, il suffit de lever la tête vers la surface et d’être attentif, car ces petits organismes marins sont translucides. En vous approchant, préférablement avec une lampe, ils apparaîtront tels de miniatures zeppelins illuminés. Le spectacle est féérique.

Le béroé est le deuxième d’une série de trois cténophores que j’aimerais vous présenter. Je vous invite donc à lire sa fiche et à visionner la galerie photo des cténophores.

2013/10/26

Groseille de mer plate, Mertensia ovum, Sea gooseberry

En ce mois d’octobre, j’aimerais vous présenter mes images de cténophores. Ces animaux translucides sont tellement fascinants, que même après 36 années de plongée, elles me captivent encore tout autant. Les photographier demande toutefois une certaine maîtrise, car pour les suivre, l’on doit se laisser aller à la dérive. L’oeil rivé au viseur de l’appareil photo, il n’est pas évident de garder le cap.

La groseille de mer plate est la première d’une série de trois cténophores que j’aimerais vous présenter. Je vous invite donc à lire sa fiche et à visionner la galerie photo des cténophores.

2013/10/21

Béroé, Beroe cucumis, Beroes Comb Jelly

 

C’est fait ! Le catalogage et l’archivage de mes images prises cet été sont terminés. Je commence maintenant la sélection et la postproduction des images que je vais publier cet automne et cet hiver dans les différents contenus sur Aqua-Photo.

La prochaine fiche à paraître traitera des cténophores et inclura cette image prise aux Escoumins cet été. Dans une visibilité exécrable, j’ai vu apparaître dans la colonne d’eau près de la surface, ce tout petit béroé. La lumière multicolore longeant son corps est produite par huit rangées de peignes ciliés qui servent à sa locomotion. Lorsqu’ils sont agités, la lumière les frappant est décomposée et les transforme en petits arcs-en-ciel. C’est visuellement fascinant et d’une grande beauté.

2013/09/10

Phoque gris, Grey seal, Halichoerus grypus, Horsehead, Loup marin, Tête de cheval

 

Ce matin, les phoques m’ont boudé. Pour la plongée d’après-midi, j’ai donc pris la décision de monter mon appareil photo avec un objectif macro au lieu d’un grand-angulaire.

Une fois sur le fond, à l’anse Chatouilleuse, un des très beaux sites de l’île Bonaventure, je me mets à la recherche de pétoncles. J’en repère un très beau, mais en m’approchant il se referme. Je m’installe donc en position pour bien le photographier et attends patiemment qu’il s’ouvre à nouveau.

Tout à coup, je sens tirer sur ma palme. Je sais qu’il s’agit d’un phoque qui a envie de jouer, mais ô malheur, j’ai un objectif 60mm sur mon appareil. Impossible de tenter une photo du phoque dans son environnement. Je me retourne lentement et je le vois mordiller mes palmes. Je tente de faire un gros plan de sa tête, mais il n’en a que pour mes palmes. Nous commençons une danse à deux où je tourne sur moi-même et lui fait des cercles autour de moi.

Je tente quelques images, mais je m’essouffle rapidement à tournoyer. Je le sens s’énerver. Il prend une bonne mordée dans une de mes palmes. La situation devient inconfortable et je mets fin à notre rencontre en lui donnant un coup de palme sur la tête. Il prend la fuite et il va rejoindre un groupe d’une demi-douzaine de ses congénères.

À ce moment, je réalise à quel point j’ai fait un mauvais choix d’objectif. La visibilité est de plus de 20 mètres et j’ai devant moi un groupe de six phoques curieux qui ont envie de jouer… Bon, je décide d’y aller pour les gros plans et voici le résultat.

2013/08/13

 

 

Phoque gris, Grey seal, Halichoerus grypus, Horsehead, Loup marin, Tête de cheval

 

Après cinq jours, 10 plongées et 14 heures passées sous l’eau, les vents forts du sud balayant l’Île Bonaventure me forcent à prendre une journée de congé. J’en profite donc pour faire le ménage de mes images et partager avec vous un petit moment magique.

À la toute fin de ma dernière plongée, j’ai aperçu ce phoque gris juvénile. Il était étendu sur le fond tout près de l’ancre du bateau. Je me suis approché lentement. Il s’est mis à bouger et je me suis dit qu’il allait fuir. À ma grande surprise, il s’est approché de moi et est venu se coller le nez sur le hublot de mon caisson sous-marin. Le tout a duré moins d’une minute. Je n’ai pris que quelques images, car souvent, les éclairs de flashs les font fuir. En voici une de la série que j’aime bien.

2013/08/10

Carpe commune, Common Carp, Cyprinus carpio

 

En saison estivale, dans la zone fluviale du Saint-Laurent, il ne m’est jamais arrivé de ne pas la croiser en plongée. Ou devrais-je plutôt dire, me faire surprendre, car la carpe commune aime bien approcher les plongeurs par-derrière. Ce poisson est impressionnant, surtout lorsqu’il se déplace à plusieurs. Je vous invite à lire sa fiche pour en connaître davantage sur l’espèce.

2013/07/31