Masthead header

L’écrevisse du nord

Écrevisse du nord au loch 21

 

Écrevisse du nord
Orconectes virilis
Northern Crayfish

Le plus facilement reconnaissable parmi les crustacés d’eau douce, l’écrevisse ressemble en tout point à son cousin marin, le homard. Elle est dotée d’une solide carapace de forme arrondie. Elle possède cinq paires d’appendices thoraciques semblables à des pattes. La première paire est munie de grosses pinces qui lui servent à se défendre ainsi qu’à capturer et à manipuler la nourriture. Les quatre autres paires, les pattes locomotrices, lui servent pour se déplacer sur le fond. Des déplacements accélérés lui sont aussi possibles grâce à la contraction rapide de son abdomen et de sa palette natatoire.

Le corps de l’écrevisse du nord, la plus commune de nos eaux, peut atteindre 10 à 12 cm. Sa coloration est soit brunâtre, soit rougeâtre, et les pinces sont généralement bleues avec des pointes orangées. Parmi les espèces semblables, notons l’écrevisse américaine — Orconectes limosus, que l’on distingue par ses taches rougeâtres sur la face dorsale de l’abdomen, par son rostre à barres parallèles et par ses pinces lisses. Il y a également l’écrevisse des Grands Lacs  — Orconectes propinquus, que l’on distingue à la carène sur son rostre, ainsi qu’à la bande foncée au centre de la face dorsale de l’abdomen.

L’écrevisse habite généralement les eaux peu profondes des lacs et des cours d’eau. Elle peut toutefois être observée à des profondeurs de plus de 30 mètres. Elle s’abrite sous la végétation, les branches ou les pierres. On peut également l’observer dans des trous creusés dans la vase.

L’écrevisse est un animal nocturne, elle sort donc principalement la nuit pour se nourrir. Elle est omnivore et peut, selon la disponibilité de la nourriture, alterner entre les modes d’alimentation herbivore, carnivore, nécrophage ou détritivore. L’écrevisse vit en moyenne de deux ans et demi à trois ans et se reproduit généralement plus d’une fois. La période de reproduction a lieu principalement au printemps ou à l’automne. La ponte ne se produisant qu’au printemps, la femelle emmagasine sous son abdomen le sperme de l’accouplement automnal. Elle ne l’utilisera qu’à la fin de mai ou au début de juin, au moment où elle pond ses œufs.

RL

 

Texte tiré du guide d’identification La vie en eau douce – Auteur Robert La Salle
La vie en eau douce

 

Références bibliographiques