Le sébaste acadien

 

Sébaste acadien Sebastes fasciatus Acadian Redfish

 

Sébaste acadien
Sebastes fasciatus
Acadian Redfish

Le sébaste, de la famille des Scorpénidés, est un poisson très facile à reconnaître par sa couleur rouge orangé flamboyante qui est à l’origine de son nom anglais. Toutefois, le distinguer des deux autres espèces de sébastes fréquentant le Saint-Laurent (Sebaste marinus et Sébaste mentella) est une tâche des plus difficile. Par contre, le sébaste acadien est l’espèce la plus probable à être rencontré par les plongeurs, car il est le seul à fréquenter les eaux accessibles aux plongeurs.

Le corps du sébaste est oblong et sa taille peut atteindre 60 cm. Ses yeux sont grands, une marque distinctive de l’espèce. La bouche est terminale et oblique. La mâchoire inférieure est saillante et est ornée d’une protubérance osseuse. Le pourtour de son opercule est garni d’épines osseuses. La nageoire dorsale comporte 14 à 16 rayons durs et de 12 à 17 rayons mous. La nageoire anale comporte 3 rayons durs et de 6 à 8 rayons mous. La nageoire caudale est courte et concave. La ligne latérale est bien visible. Le corps et la majeure partie de la tête sont recouverts d’écailles cténoïdes. Ces écailles comportent de petites pointes fines dans leur partie postérieure, leur donnant un aspect rugueux. Les rayons durs de sa nageoire dorsale sont munis de glandes à venin. Les pêcheurs doivent donc les manipuler avec soin.

La couleur de son corps est généralement rouge orangé. Il y a souvent des taches verdâtres foncées sous la nageoire dorsale et des mouchetures iridescentes sur le corps. Les juvéniles sont argentés et roses.

Le sébaste a une durée de vie de 75 ans. Étant vivipare, la femelle porte les oeufs jusqu’au stade de larves. Selon leur taille, elles peuvent produire de 1500 à 107,000 larves. Le frai a lieu de la fin du printemps au début de l’été.

Le sébaste se nourrit principalement d’euphausiacés et d’autres invertébrés benthiques, mais aussi de petits poissons. En retour, elle sert de proie aux flétans et aux morues, mais son principal prédateur est l’humain qui le pêche commercialement. Les populations du Golf Saint-Laurent ont obtenu en avril 2010 le statut d’espèce désignée « en voie de disparition ». Un moratoire sur la pêche commerciale est en vigueur dans ce secteur.

Sa distribution géographique sur la côte est atlantique s’étend de la Nouvelle-Écosse et les bancs sud de Terre-Neuve, jusqu’à l’embouchure Maine, incluant l’estuaire marin et le golf du Saint-Laurent. On retrouve habituellement le sébaste à des profondeurs de 150 à 300 mètres, sur les fonds rocheux et argileux. Toutefois, comme aux Escoumins, il est possible de les observer à des profondeurs de quelques mètres, particulièrement la nuit, lorsqu’ils remontent plus près de la surface.

RL

Visiter la galerie photo