Le doré jaune

 

Doré jaune, Sander vitreux, Walleye

 

Doré jaune
Sander vitreus
Walleye

Le doré jaune a un corps allongé et légèrement comprimé. Il mesure généralement de 30 à 50 cm de longueur, mais des individus de plus grande taille sont parfois observés en plongée. Son poids moyen est de 1 kg, mais il peut atteindre plus de 10 kg. Le museau est long et effilé, les yeux, grands et d’apparence opaque, et la bouche est grande et pourvue de fortes dents. Les deux nageoires dorsales sont bien séparées l’une de l’autre. La nageoire caudale est fourchue et les bouts sont arrondis. La couleur, variable selon le milieu, peut passer du jaune olive au brun, et les flancs sont plus pâles et souvent marqués de petites taches dorées. Chez les jeunes, le dos est strié de bandes verticales foncées qui s’étendent sur les flancs. Les nageoires dorsales arborent de petites taches foncées formant des bandes horizontales, et la première nageoire dorsale présente, en plus, une grande tache noire à son extrémité postérieure. Le lobe inférieur de la nageoire caudale et le bout de la nageoire anale sont marqués d’une tache blanche.

Le doré jaune fraie tôt au printemps, peu de temps après la fonte des glaces, habituellement au début d’avril, et jusqu’en juin dans les régions plus nordiques. À cette période, les adultes se déplacent vers les zones rocheuses ou graveleuses des cours d’eau où l’eau est vive et bien oxygénée. En lac, ils choisiront une zone peu profonde, graveleuse et exposée au vent. La maturité sexuelle est atteinte entre 2 et 6 ans. Le frai a lieu la nuit et il n’y a pas de préparation de nid. Les œufs, qui sont déposés au hasard, tombent dans les fissures et sont ensuite abandonnés. Le doré jaune se nourrit d’invertébrés et d’une grande variété de poissons, avec une préférence marquée pour la perchaude. Les jeunes sont la proie de plusieurs espèces prédatrices, incluant sa propre espèce. L’âge maximal du doré jaune est de 10 à 12 ans.

Sensible à la lumière, cette espèce d’eau fraîche est bien adaptée aux zones peu profondes des lacs et des cours d’eau aux eaux vives où la visibilité est réduite. En eau claire, il recherche la profondeur durant le jour, et remonte vers la surface en début et en fin de journée pour se nourrir. Au Canada, il est présent du Québec jusqu’à la Colombie-Britannique. Au Québec, on peut l’observer dans tout le sud-ouest, jusqu’au nord de la baie James.

RL

 

Texte tiré du guide d’identification La vie en eau douce – Auteur Robert La Salle
La vie en eau douce

 

Références bibliographiques