Le crapet arlequin

Crapet arlequin, Lepomis macrochirus, Bluegill

 

Crapet arlequin
Lepomis macrochirus
Bluegill

Certainement pas aussi commun dans nos eaux que le crapet de roche ou le crapet-soleil, le crapet arlequin se distingue par sa taille plus imposante ainsi que par ses couleurs iridescentes. C’est toutefois, en plongée de nuits, sous les lampes de plongeurs, que ses couleurs se dévoilent.

Le crapet arlequin a un corps haut, aplati latéralement et son profil est arrondi. Il mesure en moyenne de 15 à 20 cm de longueur, et peut même atteindre plus de 30 cm. Son poids moyen est de 0,5 kg. Sa tête est haute, longue et étroite. Il porte deux nageoires dorsales, mais le fait qu’elles soient réunies donne l’impression qu’il ne s’agit que d’une seule et même nageoire. La nageoire caudale est légèrement fourchue, les nageoires pectorales sont longues et pointues. Sa couleur est jaune verdâtre, avec des bandes verticales plus ou moins visibles sur les flancs. Ces dernières sont plus foncées et parfois rougeâtres. Le volet operculaire est noir et la deuxième dorsale porte une grosse tache noire. Les nageoires ont parfois des reflets d’un bleu verdâtre.

Comme les autres crapets, le crapet arlequin fraie à partir de juin et parfois jusqu’au milieu de l’été. Il atteint la maturité sexuelle entre l’âge de 2 et 4 ans. En faible profondeur, le mâle prépare un nid circulaire sur fond de roches qu’il défend ensuite avec agressivité. Les mâles peuvent frayer plus d’une fois dans la saison et plusieurs femelles peuvent pondre dans un même nid. Le mâle garde ensuite le nid, puis les jeunes, pour un certain temps après l’éclosion. Il se nourrit d’invertébrés, principalement d’insectes, ainsi que de matériel végétal. Il vit en moyenne jusqu’à l’âge de 8 à 10 ans. Les jeunes sont la proie d’un grand nombre de poissons prédateurs.

Le crapet arlequin habite généralement les zones peu profondes et herbeuses des lacs et des rivières à faible courant. Au Canada, il est présent dans le sud de l’Ontario et du Québec.

RL

Texte tiré du guide d’identification La vie en eau douce – Auteur Robert La Salle
La vie en eau douce

 

Références bibliographiques