Masthead header

La tortue géographique

 

Tortue géographique
Graptemys geographica
Common map turtle

La tortue géographique compte parmi les huit tortues aquatiques du Québec. Rappelant les cartes géographiques, elle tire son nom des fines lignes jaune pâle ornant sa dossière. En plongée, elle est peu visible sur les sites fréquentés par les plongeurs au Québec. C’est en Ontario, plus précisément dans les Mille-Îles, qu’elle peut facilement être observée. Sachez que cette tortue est sur la liste canadienne des espèces préoccupantes et elle est désignée vulnérable au Québec. Veuillez donc l’observer avec respect lors de vos plongées.

La taille de la tortue géographique est respectable en comparaison aux autres tortues de chez nous. Elle atteint une taille maximale de 25 cm chez la femelle. Les mâles sont plus petits, avec une taille maximale de 15 cm.

Son maxillaire supérieur est proéminent et elle possède une tache distinctive jaune pâle derrière l’oeil. Sa dossière est plate et possède une carène dorsale qui est plus visible chez les jeunes et les mâles. Les écailles postérieures de sa dossière sont en pointe. Ses pattes postérieures sont grandes lui donnant des qualités de bonne nageuse.

Sa peau est vert olive et striée de minces lignes jaunes. Son plastron est jaunâtre, marqué de motifs flous plus foncés. Sa dossière est verdâtre et marquée de minces lignes jaunes. Les lignes de sa dossière s’estompent avec les années.

La tortue géographique se nourrit principalement d’écrevisses, d’insectes et de mollusques, incluant la moule zébrée.

Les dangers pour cette espèce sont principalement terrestres, tels que les accidents routiers, ainsi que la prédation des nids par les ratons laveurs, les moufettes et les renards.

Elle fréquente les grandes étendues d’eau telles que les lacs les rivières. Étant bonne nageuse, elle tolère bien le courant. On peut l’observer prendre des bains de soleil là où le rivage est constitué d’amoncellement rocheux, de souches et d’arbres tombés. La seule incursion vraiment terrestre à lieu au moment de la ponte par les femelles.

Au Québec et au Canada, elle est présente principalement dans le bassin du Saint-Laurent.

RL

Visiter la galerie photo

 

Références bibliographiques