Masthead header

La photo sous-marine et le transport de l’équipement

21573

Les vacances, pour bon nombre de plongeurs, symbolisent les voyages vers le Sud. Évidemment, les photographes sous-marins n’échappent pas à l’attrait des récifs coralliens aux eaux chaudes limpides.

Une fois la destination choisie, c’est toujours avec beaucoup d’excitation que les préparatifs du voyage commencent. Toutefois, pour les photographes sous-marins, ces préparatifs sont souvent synonymes de maux de tête. Jadis, je transportais sans frais supplémentaires jusqu’à 5 valises remplies d’équipements, avec un poids total dépassant 100 kg. Cette époque est bien révolue.

Source Air Canada

Source Air Canada

C’est vers la fin des années 90 que les transporteurs aériens ont amorcé l’application de normes de plus en plus sévères pour les bagages. Tout a commencé par une limite de deux bagages enregistrés par passager. Ils ont ensuite mis une limite sur le poids, suivi d’une limite sur la taille des bagages. Récemment, quoique variables selon la destination, plusieurs transporteurs ont ajouté des frais pour les bagages enregistrés.

Source Air Canada

Source Air Canada

Quant aux bagages de cabine, ils sont limités à deux. Parfois, un troisième tout petit de type sac à main est permis. Évidemment, des limites de taille et de poids sont fixées pour chacun. Vous ne serez donc pas surpris, si je vous dis que la première étape de préparation d’un voyage pour tout photographe sous-marin est la consultation de la page Bagages du site web du transporteur aérien.

Source Air Canada

Source Air Canada

Lors d’un précédent voyage aux iles Galapagos, mes deux bagages principaux étaient en excès de poids et j’ai eu à débourser plus de 500,00 $ pour leur enregistrement. Pour mon récent voyage à Little Cayman, mon objectif était de me conformer aux exigences du transporteur aérien et débourser le minimum en frais supplémentaire. Pour atteindre cet objectif, la première étape a été de remplacer mes deux valises principales par des modèles plus petits et plus légers.

Le premier bagage changé a été celui de la valise servant à transporter l’équipement de plongée ainsi que mes vêtements de voyage. Les normes en vigueur pour chacun des bagages enregistrés sont de 50 livres pour le poids et de 62 pouces pour la taille. La taille est calculée en additionnant la hauteur, la largeur et la profondeur de la valise. Cette norme est appliquée par la plupart des transporteurs aériens que j’ai consultés et la taille de ma vieille valise n’est pas conforme à cette norme. De plus, son poids vide fait 15 livres, ce qui est élevé en comparaison aux modèles actuellement sur le marché.

Après quelques recherches sur le web, j’ai opté pour la valise Akona Expedition. La taille de cette valise est conforme aux normes des transporteurs aériens et son poids vide n’est que de 11 livres. Évidemment, elle n’est pas aussi robuste et je ne peux y loger autant d’équipement. Toutefois, en choisissant judicieusement chaque pièce d’équipement, j’ai pu y loger tout mon matériel de plongée et mes vêtements de voyage, sans dépasser la limite de 50 livres.

Mon deuxième bagage enregistré, vous devinez surement, est consacré au transport du matériel de photo sous-marine. Pour ce matériel fragile, j’utilise depuis plusieurs années une valise rigide Pelican 1620. C’est un modèle très robuste et elle est conforme aux normes des transporteurs pour ce qui est de sa taille. Toutefois, son poids vide de 21 livres représente 42 % du poids maximal permis. Cela en laisse peu pour l’équipement photo. En fait, je ne suis jamais arrivé à respecter la norme de 50 livres avec cette valise.

En remplacement, j’ai opté pour une valise rigide Nanuk 950. Sa taille est très similaire à la Pelican 1620, mais son poids vide n’est que de 15 livres. J’y ai placé mon caisson sous-marin Aquatica AD800 et mes deux hublots, un plat et un sphérique. J’y ai ajouté mes deux flashs sous-marins, les bras articulés TLC, ainsi que les câbles de branchement. J’ai complété le tout avec quelques accessoires essentiels, incluant un kit d’entretien. Comme bons nombres voyageurs, je vérifie le poids de mes valises à l’aide d’une mini balance numérique. J’ai soulevé la valise à l’aide de la balance et avec grand soulagement, j’ai vu 49,5 livres s’afficher.

Voilà pour les bagages enregistrés, voyons maintenant les bagages de cabine. J’utilise le bagage de cabine principal pour le transport de l’équipement photo. Ce bagage doit avoir une taille maximale de 9 x 15,5 x 21,5 pouces et un poids maximal de 22 livres.

Je loge dans cette valise un boitier Nikon D800 ainsi que deux objectifs grand-angulaires et deux objectifs macros. J’y ajoute un disque dur portable de sauvegarde pour les fichiers photo et un lecteur de carte. J’y glisse également, dans une poche avant en principe destinée à un ordinateur portable, quelques vêtements de dépannage. C’est au cas où le bagage enregistré contenant mes vêtements ne se rendrait pas à destination. J’y insère aussi une vieille veste photo que j’utilise en cas d’urgence. Je m’explique.

À coup sûr, le poids de cette valise dépasse le maximum de 22 livres. Toutefois, les bagages à main sont rarement pesés. Si par malchance cela se produisait, j’aurais une solution. J’enfilerais ma vieille veste photo et je remplirais les poches de deux ou trois objectifs contenus dans la valise. Une fois dans l’avion, je n’aurais qu’à tout remettre dans la valise et la ranger sous le banc.

Pour ce qui est du choix de cette valise, j’utilise le modèle Airport TakeOff de la marque Thinktank. J’adore cette valise, car je peux la transformer en sac à dos et la mettre sur mes épaules. Cela est particulièrement utile lorsque mes deux mains sont monopolisées par mes deux valises sur roulettes remplies d’équipements. Une fois ces deux bagages enregistrés au comptoir de la compagnie aérienne, je dépose la valise ThinkTank au sol, range les courroies d’épaules et utilise les roulettes et la poignée intégrée pour me déplacer. La poignée sert aussi à transporter le deuxième bagage de cabine.

Quant au deuxième bagage de cabine, j’utilise le Urban Disguise 50 V2.0 de Thinktank. Selon la norme internationale, ce bagage doit avoir une taille maximale de 6 x 13 x 17 pouces et un poids de 22 livres. Ce sac d’épaule me sert au transport de mon ordinateur portable ainsi qu’à un système de photo sous-marine compact. Ce système est constitué d’un appareil Sony RX100II et d’un caisson Ikelite. J’y ajoute un flash sous-marin ainsi qu’un bras articulé TLC et quelques accessoires. Si par malchance, mon bagage enregistré contenant mon équipement de photo sous-marine ne se rendait pas à destination, je pourrais me rabattre sur cette deuxième option.

Mes quatre baggages : Nanuk 950, Akona Expedition, ThinkTank Airport TakeOff et Urban Disguise 50 V2.0

Mes quatre baggages : Nanuk 950, Akona Expedition, ThinkTank Airport TakeOff et Urban Disguise 50 V2.0

Et bien voilà, mission accomplie ! J’ai réussi à atteindre mes objectifs et j‘étais enfin prêt pour le départ. Mes bagages étaient conformes aux normes en vigueur du transporteur aérien. Enfin presque, car pour se rendre de Grand Cayman à Little Cayman, l’on doit prendre un petit avion bimoteur de Cayman Airways Express. Ce petit transporteur a ses propres normes pour ce qui est des bagages. D’abord, chaque voyageur a droit à un maximum de 70 livres. Ensuite, tous les bagages sont pesés, incluant les bagages à main. Le poids excédentaire, dans mon cas 80 livres, est ensuite facturé au tarif de 50 cents US la livre. J’ai donc dû débourser 40 $, à aller et au retour. Si j’ajoute à ce montant le 40 $ exigé par Air Canada pour le deuxième bagage enregistré, le total de ma facture en supplément pour mes bagages a été de 120 $ plus taxes. Vive la photo sous-marine !

De plus, ils ont refusé que j’apporte dans la cabine mon bagage à main principal contenant mon matériel photo. Ils prétextaient que l’espace sous les sièges est trop petit pour la taille de la valise. Par contre, ils m’ont promis que ma valise allait être placée sur le dessus et non sous les piles de valises contenant du matériel de plongée.

Heureusement, ma valise contenant mon matériel photo est arrivée indemne ainsi que tous mes autres bagages. Le voyage et les plongées ont été absolument extraordinaires et malgré les désagréments reliés aux bagages, je garde un excellent souvenir de mon séjour à Little Cayman. Je vous raconterais dans un prochain article.

Texte et photos © Robert La Salle – Tous droits réservés 2014

Liens utiles

Air Canada : Conseils pour préparer vos bagages
Akona adventure gear : Valise Akona Expedition
Plasticase Nanuk : Valise 950
ThinkTank : Airport TakeOff
ThinkTank : Urban Disguise 50 V2.0
Balanzza : Balance mini numérique