Masthead header

La photo sous-marine au grand-angle

La photo sous-marine au grand-angle

 

Le monde sous-marin fourmille de petits sujets fascinants au grand plaisir des adeptes de macrophotographie. Toutefois, en levant le regard un tant soit peu, la beauté et la splendeur des paysages sous-marins inspirent plus d’un photographes. Nous entrons alors dans l’univers de la photo sous-marine au grand-angle. Capturer en image un sujet dans son environnement naturel, incluant l’immensité de l’eau qui l’entoure comporte plusieurs défis. Cet article a pour but de les démystifier et de vous ouvrir à des possibilités quasi infinies de sujets, de compositions et d’éclairages.

.

Les objectifs grand-angles

Photo sous-marine au grand-angleMais qu’est-ce qu’un objectif grand-angle ? Pour bien comprendre, il faut connaître la notion d’objectif normal, car c’est par rapport à lui que tous les objectifs sont classés. Pendant des décennies, l’objectif qui accompagnait tous les appareils reflex 35mm était la 50 mm. Cet objectif, encore populaire de nos jours, est qualifié de focale normale. Ce terme vient du fait que le champ couvert par cet objectif est proche de la vision humaine. Au travers le viseur, la perspective semble relativement naturelle.  En terme plus mathématique, sa longueur focale correspond à la diagonale du format du film ou du capteur de l’appareil. La diagonale d’un appareil 35mm ou d’un appareil numérique équipé d’un capteur plein cadre est de 43mm. Toutefois, la plupart des fabricants proposent en guise d’objectif normal une focale légèrement plus longue, soit une focale de 50 mm couvrant un champ de 47°.

Puisque le capteur APS-C, équipant bon nombre d’appareils, est deux fois plus petit,  vous devinez probablement que la focale normale est différente. En effet, la diagonale de ce capteur n’étant que de 28 mm, la focale normale de ce capteur se situe entre 28 mm et 35 mm.

Donc, pour être qualifié de grand-angle, un objectif doit couvrir un champ plus large qu’un objectif normal. Parmi les classiques, il y a le grand-angle 35 mm couvrant un champ de 62° et le 28 mm couvrant 75°. Viennent ensuite le 24 mm et le 20 mm. Ils couvrent respectivement un champ de 84 degrés et 94 degrés. Toutefois, les objectifs à focale variable (zoom) ont supplanté en popularité les focales fixes. Dans la catégorie des zooms grand-angle, Nikon propose, un 14-24 et un 16-35. Ce sont deux zooms adaptés au format plein cadre. Pour les appareils munis d’un capteur APS-C, l’on retrouve un 10-24 mm et un 12-24 mm. À l’intérieur d’un caisson, ces zooms grand-angles permettent de photographier plongeurs et panoramas sous-marins avec aisance.

 

Les Fisheyes

Photo sous-marine au grand-angleIl y a aussi les <<fisheyes>>. Ce sont des objectifs couvrant un angle de champ extrêmement large, allant jusqu’à 180°. Dû à la déformation qui les caractérise, ils sont peu utilisés en photographie terrestre. Par contre, ils sont très populaires auprès des photographes sous-marins, particulièrement ceux qui aiment photographier les épaves. Nikon propose un 16 mm pour le format plein cadre et un 10.5 mm pour le format APS-C. Dans une catégorie à part, Tokina propose un 10-17 mm. Il s’agit d’un zoom <<fisheye>> très populaire chez les photographes sous-marins qui ont un appareil muni d’un capteur APS-C.

La popularité des objectifs grand-angles est facile à comprendre, car ils permettent d’appliquer une des règles les plus fondamentales en photo sous-marine : soit diminuer le plus possible la distance entre l’appareil et le sujet. L’eau étant plusieurs centaines de fois plus dense que l’air, il est capital d’être le plus prêt possible du sujet, sinon la définition et le contraste général de l’image en souffriront grandement. De plus, comme il est courant d’éclairer ses sujets au flash, l’augmentation de la distance appareil sujet ne fera qu’accentuer les particules en suspension visibles dans l’image.

.

Les hublots plans et sphériques

Photographie sous-marine au grand-angleHublots plan et sphérique Aquatica

La trajectoire d’un rayon lumineux est déviée lorsqu’il change de milieu. Pour le photographe sous-marin, ce phénomène se manifeste lorsque la lumière passe de l’eau à l’air au travers le hublot du caisson. Si le caisson est muni d’un hublot plan, diverses distorsions se manifestent : réfraction, distorsion en coussinet et aberrations chromatiques.

Photo sous-marine au grand-angleAu travers un hublot plan, tous les objectifs subissent une réfraction d’environ 25 %. Cela se traduit par une réduction du champ couvert par l’objectif. Sur terre, une focale de 50 mm possède un angle de champ de 47°. Sous l’eau, cet angle de champ n’est que de 34°. Cela obligera donc un éloignement de l’appareil par rapport au sujet, ce qui est à déconseiller en photo sous-marine.

De plus, au travers un hublot plan, les objectifs grands-angles subissent une distorsion qui se manifeste par une courbure des lignes droites ainsi qu’une détérioration notable de la définition de l’image, particulièrement dans les angles. Il s’agit alors d’une distorsion en coussinet, surtout visible lorsque les sujets comportent des lignes droites, comme le carrelage d’une piscine.
.

Photo sous-marine au grand-angleFinalement, la lumière blanche passant au travers un hublot plan entraîne aussi une distorsion nommée aberrations chromatiques. Lorsque réfractée, la lumière blanche est décomposée en ses différentes composantes couleur. Les couleurs qui composent la lumière blanche ne se déplacent pas à la même vitesse, et les rayons lumineux passant de l’eau à l’air au travers le hublot seront inégalement déviés. Cela entraîne une perte de netteté et de saturation des couleurs, particulièrement avec les objectifs grands-angles.

Il est toutefois possible de compenser ces phénomènes en remplaçant le hublot plan par un hublot sphérique. Ce dernier agit comme une lentille supplémentaire. Le principe est que les rayons lumineux qui convergent vers son centre le traversent selon une incidence verticale et ne sont pas déviés. Ce type de hublot est particulièrement adapté à l’utilisation des objectifs grands-angles. Son utilisation permet aux objectifs de conserver leur angle de champs tout en diminuant de manière appréciable les distorsions et les aberrations chromatiques.

.

L’utilisation du flash sous-marin

Photographie sous-marine au grand-angle

Bien qu’il soit possible de réussir des images spectaculaires au grand-angle en utilisant comme seule source lumineuse la lumière ambiante, l’utilisation du flash électronique pour éclairer ses sujets demeure la norme. Le défi réside alors dans l’équilibre entre la lumière ambiante et la lumière du flash sous-marin.

Une approche classique est d’inclure dans la composition un premier plan ainsi qu’une portion importante d’eau vive. Le cadrage est habituellement vertical et inclut souvent un plongeur qui flotte au-dessus du récif. Le photographe doit alors mesurer la lumière ambiante et ajuster l’appareil afin d’obtenir un arrière-plan bien exposé. Quant à l’exposition adéquate du premier plan, son réglage sera obtenu en ajustant la puissance du flash. Cette technique peut se faire en utilisant qu’un seul flash. Le rôle du flash est alors de redonner des couleurs vives au premier plan.

Le flash sous-marin et le grand-angleToutefois, lorsque le cadrage est horizontal et inclut peu d’eau libre, un deuxième flash devient nécessaire. La lumière ambiante est alors secondaire et ce sont les deux flashs sous-marins qui jouent le rôle d’éclairage principal. Le bon positionnement des flashs est critique, particulièrement avec les objectifs ayant un angle de champ de plus de 100°.   À l’aide de bras articulés, les flashs doivent être positionnés de part et d’autre du caisson. Pour éviter le plus possible la présence des particules dans l’image, il est important de diriger les faisceaux des flashs droit devant.

Quant au choix du flash sous-marin, tous les fabricants proposent un modèle adapté à la photo sous-marine au grand-angle. Il s’agit généralement d’un modèle puissant couvrant un angle de champ de plus de 90° (voir article sur le choix d’un flash sous-marin).

Flash sous-marin pour grand-angleFlashs sous-marins Ikelite DS161 et Sea&Sea YS250pro

J’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre les spécificités de la photo sous-marine au grand-angle. Je termine en vous invitant à lire les autres articles traitant de photo sous-marine sur Aqua-Photo.

.

Sites web reliés aux équipements discutés
Aquatica / TLC
Ikelite
Sea&Sea
Nikon

Texte © Robert La Salle – Tous droits réservés 2013