La perchaude

Perchaude, Perca flavescens, Yellow Perch

 

Perchaude
Perca flavescens
Yellow Perch

Le corps de la perchaude est allongé et comprimé latéralement. Elle mesure généralement de 10 à 25 cm de longueur, mais des individus de plus grande taille sont souvent aperçus. Les deux nageoires dorsales sont bien séparées l’une de l’autre. La nageoire caudale est légèrement fourchue et ses bouts sont arrondis. La coloration de ce poisson varie, selon la taille et le milieu. Toutefois, ses marques et ses couleurs distinctes permettent de l’identifier au premier coup d’œil. Le corps peut passer du vert foncé au vert jaunâtre ou brunâtre. Les flancs sont plus pâles et marqués d’environ sept bandes foncées, qui finissent en pointe vers un abdomen blanchâtre. Près du dos, les bandes se séparent parfois pour former un Y. Les nageoires pelviennes et anales sont souvent teintées de jaune orangé. La membrane de la première dorsale est souvent marquée de taches foncées à son extrémité postérieure.

La perchaude fraie tôt au printemps, habituellement de la mi-avril au début mai. À cette période, mâles et femelles adultes se déplacent vers les zones peu profondes. La maturité sexuelle est atteinte vers 3 ou 4 ans. Le frai a lieu la nuit ou tôt le matin et il n’y a pas de préparation de nid. La femelle pond de 2 000 à 90 000 œufs, agglutinés en un chapelet d’une largeur de 5 à 10 cm et pouvant atteindre une longueur de près de deux mètres. Les œufs sont ainsi abandonnés et dérivent jusqu’au moment de s’accrocher à la végétation, aux branches, aux arbres morts ou à d’autres débris. La perchaude se nourrit d’insectes, de crustacés et de poissons variés. Les jeunes, et même les adultes, sont la proie d’un grand nombre de poissons prédateurs. L’âge maximal de la perchaude est d’environ 10 ans.

La perchaude se rencontre habituellement en lacs et en rivières de faible courant, où la végétation est de densité moyenne et l’eau, relativement claire. Ce poisson grégaire, qui peut tolérer l’eau saumâtre, est souvent aperçu en banc variant d’une demi-douzaine d’individus à plus de deux cents. Au Canada, on le retrouve de la Nouvelle-Écosse jusqu’à la Colombie-Britannique. Au Québec, elle occupe tout le sud de la province, jusqu’au centre, et vers l’est jusqu’aux limites de la Gaspésie.

RL

 

Texte tiré du guide d’identification La vie en eau douce – Auteur Robert La Salle
La vie en eau douce

 

Références bibliographiques