Un samedi matin au Parc de la Rivière-des-Mille-Îles

Tortue géographique, Graptemys geographica, Northern Map Turtle

Tortue géographique - Graptemys geographica - Northern Map Turtle

Pas aussi matinal que je l’aurais espéré, me voilà glissant sur l’eau à bord de mon kayak en direction du Grand marais du parc de la Rivière-des-Mille-Îles. J’avais un peu oublié le son omniprésent provenant de l’autoroute 15 qui traverse le parc. Le vent étant d’Est aujourd’hui, ce bruit sera malheureusement transporté vers le marais où je me dirige.

L’eau est encore très haute sur la rivière et le marais est méconnaissable. Les champs des alentours sont complètement inondés. Je surprends plusieurs carpes qui se font dorer au soleil dans moins d’un mètre d’eau, dont une qui me fait sursauter en claquant sa queue sur la coque de mon kayak. Me voilà, au bout du champ, à flotter au travers les arbres d’un boisé transformé en bayou.

Le paysage est surréaliste et j’en oublie le but de ma sortie. Je scrute donc chaque tronc d’arbre baigné de soleil à la recherche de mon sujet photographique, la Tortue peinte. Pas de chance, je sors donc du marais bredouille. D’ailleurs, même les oiseaux se font rares aujourd’hui. Heureusement, il y a un Grand héron qui veut bien poser pour moi.

Alors que j’arrive à la fin de mon trajet, je passe dans un chenal étroit entre deux îles. Une tache pâle sur une branche d’arbre tombée à l’eau attire mon attention. Je m’approche pour réaliser qu’il s’agit de la carapace d’une tortue recouverte de vase sécher qui miroite au soleil. Il y a du courant et la manoeuvre ne va pas être facile. Je fais quelques passages remontant le courant à chaque fois pour me positionner. Après un moment, la tortue s’impatiente et plonge, mais je crois bien avoir réussi une ou deux bonnes photos. À la maison, je réalise qu’il ne s’agit pas d’une Tortue peinte, mais d’une espèce beaucoup plus rare, la Tortue géographique