Masthead header

Le frai du Touladi

Truite grise, Grey Trout, Salvelinus namaycush

Truite grise - Grey Trout - Salvelinus namaycush

 

Sortir de Montréal un vendredi soir n’est jamais une mince affaire, surtout lorsqu’un accident se produit un kilomètre devant vous sur la Métropolitaine, bloquant deux des trois voies. Arrivés à Georgeville un peu plus tard que prévu, nous nous mettons à l’eau en direction du lieu où les truites se rassemblent pour frayer. L’eau est fraîche, environ 8 degrés Celsius et la visibilité est assez ordinaire, environ deux mètres.

Notre objectif est d’observer les truites en les dérangeant le moins possible. Nous allons suivre le rivage jusqu’à un point choisi en nous déplaçant lentement. Lorsqu’il y aura des truites en vues, nous les observerons sans jamais les prendre en chasse. Si elles approchent de nous, je vais tenter une ou deux prises de vues.

Après quinze minutes de nage, nous apercevons notre première truite. Elle repasse deux ou trois fois devant moi pour ensuite disparaître dans la noirceur de la nuit. Nous poursuivons notre chemin, mais je remarque qu’elles se font rares cette année. Nous sommes probablement à la fin de leur cycle ou elles approchent du rivage pour se reproduire. J’aperçois un très gros spécimen, mais il fuit la lumière de ma lampe et je n’insiste pas. Au retour, il y en a une qui vient se coller le nez sur la lampe de mon copain de plongée. Nous en observons quelques autres, mais aucune aussi curieuse et photogénique que la première que nous avons croisée.

RL